Hochzeitshaus©
Dessalement

Réduction significative des sels néfastes présents dans l'ouvrage

Le dessalement de la pierre naturelle ou d'autres matériaux minéraux avec des compresses est une méthode reconnue - à la fiabilité démontrée dans de nombreux ouvrages remarquables - pour réduire de façon significative les sels néfastes pour le bâtiment.

Le dessalement par compresse permet de réduire les sels dans la zone superficielle des matériaux de construction poreux. D'une part, avec l'objectif de réduire - sur le long terme - le potentiel de dommages. D'autre part, cette mesure peut, à court terme, représenter la base d'un travail de restauration et de conservation, p. ex. pour l'application d'un mortier de restauration de la pierre. Cette méthode est utilisée dans la conservation et la préservation des bâtiments et monuments historiques, le plus souvent en pierre naturelle, parfois aussi en briques. Le dessalement peut être associé à un risque pour le bâtiment et endommager p. ex. des surfaces et des peintures. Il convient donc de toujours préciser à l'avance si l'objectif est de réduire durablement les influences néfastes ou de préparer un travail de préservation.

Les sels se dissolvent dans l'eau et se cristallisent à nouveau.

Néfastes pour la construction, ils influencent considérablement l'érosion et les dégradations en surface des matériaux. En conséquence, non seulement des biens culturels précieux sont perdus, mais des frais de maintenance élevés sont générés. Le potentiel de dégradation des sels est principalement dû à leur solubilité dans l’eau et à leur capacité de stockage de l’humidité de l’air. Cette dernière est appelée hygroscopicité. Parmi les sels les plus connus et les plus courants dans la construction, les composés nitrés sont les plus solubles dans l'eau, suivis des chlorures et des sulfates. À partir d'une humidité relative d'environ 50%, les nitrates atteignent leur humidité d'équilibre. A environ 70 - 80% d'humidité, les autres sels sont également mis en solution.

Si l'eau est partiellement libérée en présence d'une faible humidité de l'air, les sels cristallisent à nouveau. Par la cristallisation, le volume des sels augmente dans l’espace poral, entraînant une contrainte mécanique dans le matériau de construction, contrainte qui peut entraîner un farinage superficiel ou une destruction structurelle. En présence de fluctuations cycliques de l'humidité de l'air, p. ex. entre 40 et 80%, le matériau de construction est exposé à des contraintes mécaniques internes récurrentes. Les sels sont transportés dans l'eau liquide et s'orientent la plupart du temps vers une zone d'évaporation. Dans le bâtiment, il s'agit souvent de la surface d'un élément de construction. Comme les sels ne sont pas "emportés" lorsque l'humidité s'évapore, ils s'accumulent dans ces zones d'évaporation.

Les sels sont transportés de deux façons différentes,

mais uniquement sous forme dissoute. On différencie le transport par déplacement de liquide et par déplacement indépendant. Le transport indépendant (diffusion) est déclenché par des concentrations en sel variables dans un certain milieu. La diffusion compense les différences de concentration jusqu'au parfait mélange (concentration égalisée / équilibrée). Cet effet physique est exploité par la méthode des compresses humides, méthode pour laquelle ces dernières doivent être maintenues humides pendant la période de dessalement. Les éléments plus petits, non fixes, peuvent également être traités par un "dessalement par trempage". Le transport par un liquide en mouvement (gradient d'humidité) est provoqué par différentes teneurs en humidité ou par convection provoquée par des gradients de température, de densité ou de pression. Les sels dissous dans le liquide sont transportés avec lui.

L'utilisation d'une compresse sèche - dont la fonction repose essentiellement sur le transport de l'humidité au cours du séchage - permet d'utiliser efficacement ce mécanisme de transport du sel pour le dessalement. Les deux mécanismes peuvent être exploités simultanément, c'est-à-dire dans la même application de compresse, pour le dessalement des matériaux de construction.

Le dessalement par compresse exige un support stable et humidifié au préalable.

Une condition indispensable pour un dessalement par compresse réussi est un support suffisamment stable pour supporter la compresse d'abord, puis son retrait plus tard, sans perte significative de matière. Dans la mesure où - sur un support très endommagés par le sel - cette condition n'a rien d'une évidence, il est nécessaire de le consolider avant de le dessaler. Les esters d'acide silicique - qui ont après réaction leur propre "porosité secondaire" - permettent dans ce cas d'obtenir de bons résultats. Par ailleurs, les sels peuvent être transportés avec succès dans une compresse uniquement s'ils sont dissous dans l'eau, ce qui implique presque systématiquement une humidification préalable du matériau de construction avec de l'eau distillée (également appelée eau déionisée ou déminéralisée). L'intensité de l'humidification préalable (durée et quantité d'eau) dépend de la capacité d'absorption du support, du type, de la concentration et de la répartition en profondeur des sels, ainsi que de la répartition de l'humidité dans le matériau de construction. Il faut noter que la préhumidification recèle certains risques. En effet, l'humidité apportée peut pénétrer dans les zones adjacentes de la construction et provoquer des effets inattendus, p. ex. la dégradation de matériaux sensibles à l'humidité. En outre, la compresse, qui contient la plupart du temps de la cellulose, peut être l'objet d'une contamination microbienne du fait de son environnement. Des contre-mesures appropriées peuvent être mises en place, p. ex. un traitement fongicide de la compresse.

La compresse peut être appliquée à la main ou à la machine.

Après humidification préalable, le matériau de compresse est mélangé à de l'eau distillée ou déionisée et appliqué, en une consistance plastique, en une épaisseur de 15 à 30 millimètres, sur la surface à dessaler. Sur surface filigrane, une couche d'épaisseur inférieure peut également convenir. La compresse peut être appliquée en une ou plusieurs couches, à la main ou avec une machine à enduire. Pour une petite surface ou une surface sensible, l'application intervient en général à la main. Une surface particulièrement sensible peut - pour faciliter le retrait ultérieur - être recouverte au préalable d'une protection mince, perméable et porteuse constituée par exemple de cellulose ou de papier japon. Elle est tamponnée avec le pinceau adapté, sans inclusion d'air, sur la pierre auparavant humidifiée. Pour dessaler des surfaces localisées, la compresse doit être appliquée au moins 20 centimètres au-delà de la zone visiblement contaminée de sel pour éviter plus tard les effets de contour indésirables. Si le dessalement est fait en associant transport par diffusion et par humidité, la compresse peut être maintenue humide en permanence pendant environ une semaine en la recouvrant d'un film. On peut ensuite la laisser sécher. Le processus de séchage doit s'étaler en continu sur le temps d'action de la compresse. Il est indispensable de contrôler la progression du séchage. Si la compresse sèche prématurément ou s’est décollée du support, elle doit être retirée et remplacée par une fraîche après avoir de nouveau légèrement humidifié le support. La durée d'application raisonnable et le nombre de cycles nécessaire sont difficiles à prévoir. Il convient de le déterminer - dans la mesure du possible - en réalisant des surfaces échantillon ou en analysant le sel de la compresse après chaque cycle. Il est possible de prendre pour base de calcul une application en deux ou trois fois, avec un temps d'action d'environ trois semaines chacun. En fonction de la sensibilité du support, des traces adhérentes de la compresse peuvent être nettoyées à sec manuellement ou mécaniquement. Enfin, le succès du dessalement doit être démontré - par analyse du matériau du support.

Dessalement

1 produits trouvés
 

Vue :

N° d’article 1070

Mortier sec pour la réduction des sels de surface.